Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
  • Page :
  • 1

SUJET : Tour du monde des ombres

Tour du monde des ombres il y a 2 ans 6 mois #1965

  • Loupgris
  • Portrait de Loupgris Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Platinum Boarder
  • Platinum Boarder
  • Un loup hurlant à la lune
  • Messages : 804
  • Remerciements reçus 97
Tour du monde des ombres :

Seattle 1 : une question de tempo

Je trainais dans mon appartement d’Auburn en regardant les dernières nouvelles sur l’aqualogie Stark qui nettoie l’eau autour d’elle hors l’élection en tant que gouverneur du neveu du chef du Polyclub humanis lorsque je reçu un coup de fil de Charming Smile, un runner français avec lequel j’avais fait le voyage depuis l’Europe jusqu’à ce coin pourri d’Amérique. Mais j’avais besoin de ressources et de contacts pour mes recherches, et j’avais donc embrassé la carrière de Shadowrunner. Bien des choses avaient changé depuis ma transformation d’elfe en T’skrang en 2061 par la comète de Halley, mettant fin à mes chances de devenir un professeur réputé en magie.

Lenglish, un orc à l’accent anglais et les vêtements qui allaient avec, le fixer de Charming, l’avait contacté car il avait un job pour ce qu’il appelait l’équipe des Frenchies. Un rapide group call plus tard, nous avions rendez-vous au Tickler, un club de strip-tease de Downtown, contrôlé par la mafia italienne.

Je retrouvais l’équipe que Lenglish avait surnommé les Frenchies. Il fallait, si jamais nous devions travailler vraiment en équipe de manière régulière, trouver un nom d’équipe. Néanmoins, trois d’entre nous étaient français, ayant traversé l’atlantique ensemble. Nous avions déjà fait un petit run de débutant ensemble, un peu d’espionnage industriel. L’équipe comprenait :

76 : un rigger passionné par le gros matos, il ne parle que le japonais et le français, et pas un mot d'anglais. Pas facile dans une ville où le japonais n’est que la deuxième. Ghost Tiger se charge généralement de la traduction, grâce à ses talents avec un commlink. Il possède un van Bulldog peint comme celui de l'agence tout-risque, modifié pour avoir plusieurs drones installés à l’intérieur. Il se balade habillé en aviateur des années 60, rappelant le loufoque de l’A-team dont il s’est inspiré. Je doute que 76 soit son âge, mais plutôt sa taille… On dirait un perso du jeu Borderland.

Ghost Tiger : un japonais decker, vivant dans un monde différent du notre. Il était handicapé de la réalité, ce syndrome qui affecte ceux qui passent trop de temps dans la Matrice. Il confond parfois la vraie vie avec la réalité virtuelle. Cela lui donne un coté doux rêveur amusant mais en général il assure. Généralement distant, je ne le connaissais guère plus. Il me rappelle plusieurs Otaku des premiers simsens sur la mouvance en question.

Charming Smile : le troisième français de notre équipe, il méritait bien son nom de code. Un caméléon social, spécialisé dans l’infiltration sous couverture, il était par défaut tiré à 4 épingles dans des vêtements de qualité. Il servait de face au groupe, ce qui au vu de mon apparence ou des capacités sociales de Ghost ou de 76, n’était pas une mauvaise idée. Je ne l’ai jamais vu se servir de ses armes pour l’instant, et je ne peux juger de son efficacité au combat. Sa cybernétique semble plus orienter vers le social et la survie. Il me faisait penser au prince charmant de la chanson de Nirvana.

John Wolk : le seul qui ne parle ni japonais ni français et ne peut comprendre 76, John est un hispano-américain ex-militaire ou paramilitaire. Originaire de Seattle, mais visiblement sans grande connaissance de la ville en dehors de son quartier de Tacoma, c’est un adepte physique spécialisé dans le tir. Très doué dans le domaine, que ça soit en vitesse ou en précision, c’est certainement le meilleur combattant du groupe. Il est une sorte de John Wayne avec de la magie.

North Wind : adepte mystique, j’étais en voie de devenir un professeur en archéologie magique réputé. Spécialisé dans l’histoire de l’atlantide, j’avais fait quelques découvertes remarquables en étudiant des ouvrages considérés comme de la fumisterie par mes (futurs) pairs. Les choses tournèrent mal lorsque je fus transformé en T’skrang (une race mythique d’hommes-lézards qui aurait vécu durant le 3e monde, l’époque de l’Atlantide) par la SURGE, la vague d’énergie magique de la comète de Halley. Chassé par ma famille et considéré comme ayant essayé de prouver mes théories en utilisant des sorts de métamorphoses sur moi-même, je fuis la France en direction de Seattle où il y avait un autre T’skrang : Simon Andrews, un anglais néo-anarchiste qui bosse pour le dragon Lofwyr dans la recherche d’artefacts magiques et traine dans le bar The Rubber Suit (pour fan de Kaijus). Nous avions suffisamment de points communs pour travailler ensemble… lorsque j’aurai les ressources.

Sur place, nous sommes accueillis par une strip-teaseuse en guêpière, une coréenne à la beauté froide mais très attirante. Le videur empêcha 76 d'entrer à cause de sa tenue dépenaillée, fort peu adaptée à Downtown Seattle, les quartiers. Il fut obligé de donner 1100 nuyens avant de pouvoir nous suivre (et Ghost avec lui, puisqu’il lui fallait un traducteur). La coréenne vint nous rejoindre dans la salle arrière, sortie un comlink et s'installa devant nous, c'était le jonhson. Une jolie surprise, je dois avouer que je ne m’attendais pas à un tel interlocuteur.

La mission demandait ses gens sérieux et discrets pour surveiller deux personnes pendant environ deux semaines. Charming tenta de jouer le prince charmant et demanda des infos sur leurs lieux de villégiatures. Les cibles n’iront certainement jamais dans les enclaves corpo, mais en tant que membres de gangs ils iront peut-être dans les Barrens. Les conditions suivantes allaient s’appliquer à la mission :
 Ne pas se faire repérer
 Ne jamais entrer avec contact avec eux
 La prévenir de tout évènement bizarre.

La récompense était de 5000 / personne, notre face tenta une négociation à 6000 mais ce fut refusé. Il obtint par contre 2500 d'avance, ce qui allait permettre d’investir un peu dans de l’équipement. Elle nous transféra alors les fichiers : des photos de surveillance, deux fichiers et un numéro de comcode pour la joindre.

Nos cibles étaient Alec Littletree, un amérindien membre du gang des 1st Nations et Xia Firebird de la même organisation, et nous devions faire des recherches sur leurs ressources et leurs éventuels liens avec le crime organisé. Ca semblait vraiment simple, mais nous n’avions pas vraiment de réputation pour l’instant, tout run était bon à prendre.

Je proposais d’aller dans ma planque de Tacoma pour planifier nos prochaines semaines, dans le même quartier que les planques de Wolk et Charming, mais ce dernier proposa d’aller chez 76 comme avant notre précédent run.

Nous nous installons donc chez Mr Bruce Willis, la fausse identité de 76, dans un luxueux appartement de Downtown Seattle. Je n’aurai pas crut que le héros de Die Hard puisse vivre dans un tel luxe, mais aucun membre de l’équipe ne semble rechigner à en profiter pour le moment. Charming proposa d’en faire une tradition, si jamais nous continuions à travailler ensemble.

Les deux cibles se retrouvaient souvent à Tacoma, occasionnellement à Redtown, d’après la géolocalisation des photos. Nous entamâmes l’analyse de l'endroit sur mapsoft et de ce qu’on nous avait confié. Il y avait plusieurs styles de photos, prises sur plusieurs jours, certainement avec plusieurs appareils et donc plusieurs observateurs. Il n’y avait seulement que 2-3 lieux communs à nos deux cibles, et ils s’agissaient généralement des repères du gang.

Ghost sortit ses griffes virtuelles et chassa des informations sur les 1st Nations : il s’agissait d’un gang amérindien, il faisait dans la vente de drogue, le combat au tomahawk, le recel, le racket de protection et son territoire couvrait surtout Everest et Council Island, couleur de reconnaissance le bleu. Everest était un quartier divisé, entre le QG d'Arès, de Boeing et la base navale d’un coté et une friche industrielle liée au crash. Les 1st Nations sont en pleine croissance actuellement car ils distribuent un nouveau produit qui fait le buzz, leur objectif est devenir l'équivalent des Anciens pour les elfes : le gang leader. Le gang contrôlait uniquement les docks près de l'ancienne arcologie Renraku mais il s’est rapidement étendu ces dernières années. Le Salish elfe Blood of the Buffalo est leur chef, et leur base principale est sur Council Island, qui bien que dans la baie de la cité n'appartient pas à Seattle, mais aux nations amérindiennes. Jusqu’à leur rapide expansion, le gang bossait avant en sous-main pour les Yakusas mais ils ont coupé les ponts avec leur succès grandissant.

Notre tigre virtuel (pour reprendre le titre d’un film) nous appris que notre jonhson s’appelait Daé et était la danseuse vedette du club où nous l’avions rencontré. Smile (ne l’appelons par smiler, comme les armes du Joker de Batman) contacta un fixer pour un appartement pris sur l'avance et remplissant nos conditions : facile d’en fuir, facilement défendable, dans les derniers étages d'un immeuble et nous eûmes une proposition à 1700 / semaine. L’endroit était pas mal, à part les murs remplis de moisissure et bloquant donc toute magie (non sans aussi être inquiétant pour la salubrité).

Nous sommes installés en face de l’établissement nommé le bar à Joe, car directement devant l’un des QG du gang semblait trop chaud. J’utilisais mon sort d’enregistrement de pièces pour nous fournir un plan de l’intérieur des lieux, comme mon esprit-mentor me l’aurait demandé. Mon job de professeur par correspondance en théorie magique se rappela à moi puisque je reçu des copies à corriger. 10h de travail par semaine pour 1000 NY par mois, ce n’était pas beaucoup, mais ça m’offrait la possibilité de parler avec des gens de mes théories (discrètement) tout en gagnant de quoi payer le loyer.

Charming changea d’apparence pour aller infiltrer le bar à Moe, l’établissement où Xia se trouvait (le manque d’originalité des noms des bars dans la région est effrayant). Il y assista à un échange d'une valise entre la cible et un grand black, tout en surprenant des yakusas qui surveillaient aussi notre cible. Utilisant ses talents de photographe discret (plan : la Meilleure pression de Tacoma par Charming Smile sur les réseaux sociaux) il réussit à prendre une photo du noir avant de le suivre dans les transports en commun.

L'équipe 76 – Wolk, malgré ses problèmes de communication (vu qu’aucun ne parlait de langue commune, sans traducteur, ils communiquaient par signes et traduction de leurs comlink), arriva avec son van à l'immeuble de la cible. Ils devaient suivre Alec, et arrivèrent sur les lieux juste au moment où celle-ci quittait le bâtiment. Wolk utilisa ses talents d’observation astrale pour découvrir qu’il était câblé à mort, bien plus que ce qu'un membre de gang ne peut s'offrir. La voiture d’Alec passa ensuite dans un endroit trop petit pour le van, et notre conducteur se gara en pleine rue pour envoyer un fly spy. Le ganger était sur ses gardes et shoota le drone, provoquant un choc d'éjection pour 76. Alors qu’il se remettait du choc neuronal, des gangers amérindiens commencèrent à ouvrir le feu sur le Bulldog. Malgré le désir de Wolk de riposter, ils optèrent pour le repli afin de ne pas se faire griller plus.

Notre face s’était elle aussi fait grillée, cette fois-ci dans le bus par le black et ses 4 potes gangers orcs. Les recherches sur la matrice nous appris que le black humain s’appelait Caïn, était un lieutenant des Ragers, un gang orc. 76 connaissait bien ce gang : il avait envoyé par accident son drone s'écraser durant une course sur la moto du chef des Ragers. Et ces derniers avaient la rancune tenace. Ghost (in the shell) nous appris que les Ragers avaient comme territoire Tacoma, que leurs couleurs étaient le noir et gris, ses rangs composés d’orcs majoritairement, mais aussi des trolls, quelques nains et humains affiliés. Leur nom fait référence à la nuit de la Rage et la révolte des gobelinoïdes qui en suivit, lorsque les humains firent une sorte de Saint Barthélémy avec les métahumains. Question taille, les 1st Nation sont plus gros que les Ragers, donc cet échange était notable et risquait d’intéresser notre client.

La face, lors de son interrogatoire musclé, avait lâché qu’il bossait pour les Vauris (le petit gang russe de Seatle) dans l’espoir de dévier les soupçons. Dans la nuit l'esprit-chien de Sirius Canis, mon mentor du cercle de magicien vint me voir. Espiègle comme toujours, il m’embêta un moment avec ses charades avant que j’accepte de le suivre. Il m'emmena dans une quête astrale où je vis un western étrange, où les intervenants de notre enquête avaient l’apparence désesperados, mais le fait que Littletree apparut avec une étoile de sheriff me révéla qu'Alec était un agent de la Lone Star infiltré. Là encore, une info que notre commanditaire allait apprécier.

Un petit orc en costume de scout vend nous vendre des cookies nougatines au matin. 76 se jeta pour en acheter mais fut intercepté par notre adepte physique. Il jeta ensuite un créditube de 50 crédits à la tête de et je finis par lui en acheter. Mais alors que j’allais lancer un sort pour vérifier la nature des gateaux, notre rigger, en bon gear head, ne patienta pas et en dévora un.

Au vu de sa tête ébahie c’était bien de la drogue. Je lançais analyser objet qui m’appris que les cookies contenait une drogue pour rendre les gens heureux : en plus de l'euphorie elle rendait magiquement active, car la drogue l'était elle-même. Il s’agissait du Tempo, la drogue qui avait propulsé les 1st nations au-devant de la scène : avec une seule dose, 76 fut sous ses effets pendant 8 heures. Il manifesta une augmentation de la constitution, de la perception, de l’endurance à la douleur, ainsi que l’acquisition de la vision astrale, d’un boost de l'influence sociale mais sans surprise une réduction de la volonté. J’avais utilisé ma maitrise de l’Arcana pour étudier les cookies magiques, mais le mieux que je peux obtenir concernant ses capacités magiques et qu’un esprit aurait attiré le mangeur et la nourriture dans l'astral.

Ghost profita du silence bavant de notre rigger pour faire des recherches dans un autre monde que le mien. Il trouva trace d’une autre drogue ouvrant vers l'astral : le Deep Weed, qui force les éveillés à rester dans l'astral, mais ce n’était clairement pas ça. J’avais vu des références à la corruption des esprits insectes rappelant les effets du Tempo, mais là encore, ce n’était pas ça. Par contre les recherches sur le Tempo elle-même, bien que difficile, montra qu’il s’agissait d’une drogue à la mode, disponible depuis quelques semaines seulement. Tout le monde se l’arrache mais les seuls fournisseurs sont les 1st nation et les Ragers. Charming prend 2 boites de cookies pour des analyses auprès de ses contacts dans le bio-médical mais revint bredouille. A peine sortit de son état de drogué, 76 envoya sa peluche bust-a-move pour voler la boite de cookies restante, les esprits soient bénis, sans succès.

Nous n’étions que depuis deux jours sur l’affaire, mais nous disposions de suffisamment d’informations pour faire un rapport, et donc Charming envoya un message à la Johnson (espérons que Blanche-neige de Once upon a time n’en entende pas parler). Puisqu’à part notre chauffeur, nous n’aimons pas vraiment envoyer des gens à la mort sans être payé pour, un échantillon est envoyé à la Lone Star et leur laissons un message sur la couverture grillée d'Alec de la part de la Grenouille. Malheureusement, son corps fut retrouvé le lendemain mort.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Je me tiendrais devant tous les ennemis de la liberté.

Tour du monde des ombres il y a 2 ans 2 mois #2219

  • Loupgris
  • Portrait de Loupgris Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Platinum Boarder
  • Platinum Boarder
  • Un loup hurlant à la lune
  • Messages : 804
  • Remerciements reçus 97
Seattle 2 : les profanateurs.

Notre dernier run datant d’il y à une semaine, il était temps de nous refaire. Notre serbe de voyage avait injecté une partie de nos bénéfices dans une société écran de sécurité afin de faire fructifier ces quelques centimes, mais il allait falloir du temps et encore plus d’argent pour en récolter quoique ce soit. Il fallait bien manger d’ici-là. En premier lieu nous avons fait installer à 76 un logiciel linguistique sur son comlink afin qu'on puisse enfin parler tous ensemble dans la même langue. Si son japonais lui permettait de se débrouiller dans la vie de tous les jours, vu que c’était la deuxième langue la plus parlée de Seattle, ça bloquait les discussions importantes et tactiques avec les locaux.

Justement, en parlant de locaux, installé chez Richard, le burger du coin (un ex-militaire, relation de John), nous attendions Ryu, un chinois athlétique originaire de New York et adepte physique (doté d'un bel attribut de magie et de quelques focus dont une épée focus de combat). Nous avions besoin de bras pour renforcer notre équipe, et malgré sa visible passion pour le personnage de jeux vidéo et des traits de moine tibétain, il semblait plutôt capable. Mais nous n’eumes pas le temps d’aller beaucoup en avant dans l’interview lorsque Charming reçu un coup de fil.

L'english, notre fixer ork, nous contacta pour une mission le soir même, et nous prîmes Ryu pour son run d'essai dans la foulée. Pas de meilleur moment que le présent comme dises les gens dans les films. Nous avions rendez-vous dans un bar des bas-fonds, et sur place il tendit une puce à Charming Smile et nous dit que nous avions rendez-vous dans une 1h30 au club 77 pour rencontrer un certain Kaz. Le client, pour une raison inconnue, avait spécifiquement demandé les frenchies. Nous étions encore nouveaux en ville, c’était donc surprenant de faire directement appel à nous. Mais nous étions peut-être des stars montantes ? Notre techomancien se lança dans des recherches, et il décrivit le club 77 comme Fort Knox : des règles super-strictes (on ne prend pas d'images, on ne regarde pas dans l'astral, on ne crack pas le système), et tellement protégé que même sa localisation dans Trenton ne pose pas de problèmes. Les gangs n’osent guère s’approcher de l’endroit, la délinquance ne faisant pas le poids face à aux forces de sécurité.

Au vu du code d’habillement, nous fûmes obligés de faire l’achat de costumes adaptés, un investissement coûteux, mais utile dans le futur. L’endroit en question est une simple porte blindée entre 2 magasins, qui donne sur un immense escalier. L’endroit est bondé, on y fait la queue dès le passage des portes. Les videurs menacent de nous refouler, mais notre face sort la puce, qui sert de carton d'invitation. Nous sommes guidés vers un box privé nous éloignant de la zone principale de l'établissement, le videur visiblement là pour s’assurer que nous n’allions pas voir ailleurs que le petit carré qui nous était réservé.

Un troll de petite taille (2,20 m seulement) avec une seule corne, assez fluet, dans un costume élégant, nous rejoignit et se présenta comme Kaz Yakamura. On lui avait dit du bien de notre équipe, et je me demandais qui. Le run consistait à ramené la dépouille d'une personne ayant eu un malheureux accident, ainsi que tout éventuel document en sa possession. Le cadavre se trouverait dans une des cliniques Doc Wagon de Seattle. Il ne s’agit pas d’une personne très importante, il y aurait donc une sécurité très réduite. Il proposa 4000 NY par personne si on ramenait son corps, mais ne mentionnera le bonus qu’après accord sur le run. Notre séducteur des Balkans conclu la négociation à 6000 par tête.

Puisque nous avions accepté la mission, il nous révéla qu’il était le second d'un des Anneaux de Seoul, les yakusas coréens. La mission d’il y à deux semaines avait été pour l'une de ses amies, de sa part. La victime dont nous allions récupérer le corps s’appelait Jania Shield, une journaliste s'intéressant beaucoup au trafic du Tempo, mort d'une OD de ce produit. Kaz voudrait la disparition de son cadavre rapidement et le bonus était pour les documents sur son article. Bonus sous forme d’un créditube or (max 50000 NY) de 10000 NY.

L’enquête préliminaire de notre hacker nous appris que le rapport d'autopsie devait être envoyé à Knight Errant et à la Lone Star (au vu que nous étions durant la période de transition entre les deux administrations). La seule famille de la défunte était une vieille tante et une jeune sœur, et notre commanditaire nous donna une adresse où remettre le corps avec un créditube pour le receveur. Il compléta le package d’infos avec l’identifiant RFID de Mlle Shield chez DocWagon, pour faciliter la recherche du corps, et un n° où le joindre.

Nous nous retournâmes chez Bruce Willis pour la préparation, notre briefing d’avant-run (c’est bon le luxe). La tante se révéla être une fondamentaliste catholique (donc pas d'autopsie), la victime vit dans le même bâtiment que ses deux parents, certainement une bâtisse de riche partagée lors d’un héritage. 76 emmena Charming voir un receleur russe pour obtenir des plaques Lone Star, ce qu’il obtint après d’âpres négociations contre une location et une caution. Notre cible était le centre DocWagon de Tacoma, qui se charge aussi d’envoyer les hélicos de la boite vers les îles privées corporatistes d'Outremer, ce qui augmente sérieusement la sécurité, surtout pour l’héliport.

Utilisant deux sorts de Masque Physique, je changeais l’apparence de Charming et de moi-même pour ressembler aux deux cops dont nous avions les badges. Cette dernière logeait dans le quartier huppé de Bellevue, et donc dominé par les services de sécurité. Mon illusion nous faisait passer pour des détectives de la Lone Star, donc pas le meilleur des déguisements. Ghost pendant ce temps essayait de remettre en service les identités correspondant aux badges en question, et entraina un plantage système chez la Lone Star. Ce qui nous fut utile puisque la vieille grenouille de bénitier vérifia nos identités comme un vigile de boite huppé. Notre charmeur de service prétexta qu’il était Texan (alors que je fis l’erreur de dire que je venais des UCAS), mais je me rattrapais en disant que nous descendions d’irlandais catholiques immigrés lors de la colonisation des USA. Charming avait bien du mal à vendre sa camelote, car elle était au courant de l'autopsie et du prélèvement d'organes, qu’elle avait déjà fait toutes les démarches légales et avait prévenu les pompes funèbres de Bellevue. Essayant d’obtenir un consentement écrit et des informations supplémentaires, nous fûmes repérés (mais j’avais réussi à accéder à la chambre de la défunte, qui révéla ne pas contenir de quelconque document). Filant à l’anglaise comme dans les films, nous réussîmes à nous en sortir.

Après une bagarre orale digne de 7 à la maison, nous finîmes par partir avec le plan de Ryu de se faire passer pour des agents d'entretien. Nous n’aurions alors besoin que d’une seule série de badges pour entrer et retirer le corps de la morgue. Il ne restait plus qu’à finaliser les détails, ce qui incluait de repeindre le van de 76 et de le videz de ses drones pour y mettre l’équipe d’exfiltration et le cadavre. Cette dernière sera composée de Ghost Tiger et de John Wolk pour la récupération du cadavre, l’équipe de distraction comprendra Charming et 76 prétendants être une équipe de vérificateurs d'extincteurs. Ryu et moi resterons sur le banc de touche pour éventuellement couvrir la fuite du van, puisque trop de monde à l’intérieur pourrait attirer l’attention.

Afin de disposer de sujets de conversation, la Face se fait un entrainement intensif sur les derniers sitcoms et matchs. Lavage de cerveau pour être un bauf In Progress. 76 ne pourra guère l’aider sur le domaine, avec son anglais recomposé par une machine et son manque de compétences sociales en dehors de la pègre. L’opération est lancée quelques heures après.

Le run fut simple et rapide, comme dans Ocean’s Eleven. L’équipe de diversion entre et commence à faire des inspections, 76 continuant de vérifier les extincteurs pendant que Charming va faire son Futé et détourner l’attention de la sécurité. L’équipe d’exfiltration sort alors du van et pénètre le bâtiment. Le netrunner se branche sur le réseau local et crée une surcharge du système électrique, permettant de passer les systèmes de surveillance durant la panique crée ainsi. Avec notre vétéran de guerre, ils s’occupent de la récupération du corps et des effets personnels avant de revenir discrètement au van. La seconde équipe prétexte qu’ils reviendront demain pour finir afin de laisser les employés de Doc Wagon s’occuper du chaos crée par les dégâts au système électrique et nous nous retrouvons plus loin dans une ruelle sombre.

Après une copie immédiate des documents du comlink sur le cloud de Charming, Tiger se retrouve coincé avec une UNC non valide pour l’un des fichiers, le reste ne contient rien sur tempo. Après une rapide réflexion de notre passionné de la Toile, l’UNC correspond à un fichier caché sur la ROM. Il contient un message adressé à sa sœur : « Si jamais il m'arrive quelque chose j'ai tout laissé chez Sinn ». C'est son dealer d’après John. En utilisant les contacts chez les gangs de 76, il découvrit que Sinn bosse pour ses ennemis les Ragers. Nous décidâmes que le contrat faisant uniquement référence à ses possessions au moment du décès, nous ne poursuivîmes pas cette piste.

Il nous restait maintenant à déposer de cadavre, afin d’éliminer toute trace de la drogue qui lui avait coûté la vie. Arrivés dans le coin désert indiqué par l’adresse, nous vîmes sortir de l'ombre des goules. Les victimes du virus du vampirisme essayèrent de nous faire croire que le créditube fourni ne contenait que la moitié de ce qui était convenu. Mais nous n’étions pas du genre à nous laisser faire, et John sentait sa gâchette le titiller façon Dirty Harry. Nous n’avions pas l’avantage du terrain et les goules sont notoirement résistantes aux dégâts, mais j’étais sûr que nous allions leur faire du dégât si jamais un combat débutait. Elles finirent par prendre le corps et leur argent, même si l’idée d’une telle profanation du corps ne semblait plaire à aucun de mes compagnons.

Comme je le craignais, notre commanditaire ne fut pas content de notre prestation. La récupération du cadavre et sa disposition, oui, mais il voulait les documents remis au dealer. Notre contrat, à la lettre, ne demandait pas de les récupérer, mais dans l’esprit oui. Mais aucun des arguments de notre prince charmant concernant une extension de contrat ou l’acquisition du bonus ne trouvèrent valeur aux oreilles de Kaz, qui partit en nous laissant 1200 NY en plus de notre paye originelle. Au vu de sa position, Sinn lui sera amené rapidement sans aucun doute. Les 1200 partirent dans le fond commun, faisant que Ryu ne reçu que 200 de moins que le reste de l’équipe (il avait été prévenu qu’il gagnerait moins cette fois-ci) et nous retournâmes à nos affaires.

Je finis par envoyer un e-mail à Simon Andrews, l’autre T’skrang de Seattle, pour discuter de théories magiques sur ce que les gens appelaient l’Atlantide mais que je connaissais comme l’Empire Théran.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Je me tiendrais devant tous les ennemis de la liberté.

Tour du monde des ombres il y a 1 an 11 mois #2482

  • Loupgris
  • Portrait de Loupgris Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Platinum Boarder
  • Platinum Boarder
  • Un loup hurlant à la lune
  • Messages : 804
  • Remerciements reçus 97
Seattle 3 : l'argent n'a pas d'odeur

Une semaine après notre opération à Doc Wagon, la Johnson de notre premier run du mois nous recontacta à travers Lenglish et nous invita dans un salon privé du trickster. Pour éviter les problèmes de la dernière fois, nous arrivâmes habillés de pied en cape. Les videurs ne s’interposèrent et nous fûmes reçus par Daé, habillée en tailleur très chic (soit bien plus que la dernière fois). Elle alla droit au but : ses associés et elle veulent recruter quelqu'un ayant des compétences particulières, et ils ont besoin d'un dossier compromettant pour cela. Elle nous proposa 10000 NY pour la mission si nous la remplissions sous les 72h, et un bonus de 2500 NY si c’était sous 24H. Après qu’elle nous a remis 5000 d'avance par personne, Ryu, Charming Smile et moi-même partîmes chez 76 le retrouver pour faire un plan d’action.

Elle nous remis un dossier. La cible s'appelait Evan Goldman, comptable spécialisé dans les fonds d'investissement pour Brackaven investissement. Brackhaven ne nous était pas un nom inconnu, car il s’agissait du nom du nouveau gouverneur de Seattle. La corporation appartenait à son oncle, une pointure du Polyclub Humanis, ce rassemblement raciste humain descendant du Ku Klux Klan.

Sa corpo était composé de requins de la finance qui ont survécu au crash 2.0 en lâchant les entreprises qui coulaient dans la catastrophe de la manière la plus terrible qui soit, entrainant faillites et licenciements. Il habitait à Bellevue, avait une femme et 2enfants, dans l’ensemble une petite vie minable de personne sans importance. Faute de decker, nous dûmes faire appel au peu de compétences que nous avions avec la Matrice, et trouvâmes le Facebook local d'Horizon du père. Très sécurisé, il ne nous appris rien mais nous permis de trouver celui des enfants : garçon 12 ans, fille 14 ans. Et notre petit monsieur aurait des problèmes de couple et verrai un psychologue d'après sa fille. Passer une heure à lire des messages d’adolescente corpo avait finit par payer.

La corpo est elle-même se situait à Downtown, simple A, elle tournait 24/24, faisant fructifier des fortunes locales dans des investissements à travers le monde. Il allait nous en falloir plus, et donc Charming Smile contacta notre fixer pour nous obtenir un soutien informatique. Le decker nous rappela rapidement après, se dissimulant derrière une icône de poupée gothique. Il prit notre job et promis de nous rappeler dès qu’il avait quelque chose.
http://tse3.mm.bing.net/th?id=OIP.M24ee30142c9135f267ad485f812b1499o0&w=200
Sous l’impulsion de 76, un plan se formait. Si nous ne trouvions rien de vrai pour le faire chanter, pourquoi ne pas créer quelque chose de toute pièce ? Au vu de sa vie de famille et son employeur, une histoire d’amour avec des métahumains serait des plus efficaces. Le fixer nous mis en contact avec une certaine Olga, prostituée spécialisée dans le sexe exotique, une troll vaguement féminine mais moche en robe rose bonbon. Elle nous proposa ses services pour 500 NY, prix d'ami pour la cause (visiblement, elle n’avait pas vraiment le Polyclub dans son cœur).

Du coté de l’informatique, choux blanc, le decker nous apprend que la famille n'a rien de louche, qu’il bosse 7h-22h 6 jours par semaine comme une horloge. Au moins, nous avons les informations sur son docteur et son agenda.

Après une courte sieste, j’ai la (mauvaise ?) surprise de retrouver l’esprit libre de Sirius dans le salon de notre Rigger. La rencontre entre 76 et lui se passe, sans surprise, plutôt mal et il en résulte la téléportation du canapé par le chien. Pour se faire pardonner, l’esprit fait ensuite une téléportation pour ramener le canapé depuis le toit de l’immeuble, mais ce dernier arrive avec les gars de la sécurité qui le transportait. Après des excuses et quelques Nuyens, je dois expliquer qu’il s’agit d’un esprit libre ayant le pouvoir de faire passer les gens par les métaplans pour les téléporter au loin.
[img]http://farm4.static.flickr.com/3789/9095740934_8365451bf9_m.jpg(/img] Le fait que notre moine Shaoxing donne un steak à l’esprit fripon en vertu de ses valeurs ne fit qu’attiser la colère de 76. Il disparu, mais revint quelques heures plus tard en frappant à la porte du balcon, notre rigger le laisse entrer, appréciant visiblement la demande polie de l’entité. Il lui promit ensuite de la nourriture contre un service pour notre mission. L’esprit malin (est-ce vraiment un chien ? On dirait Coyote souvent) le téléporta, tout seul, dans le bureau du psychologue, où il prit le dossier de notre cible et quelques autres avant de faire un trajet retour à travers l’Astral. Il n’y avait malheureusement rien d'utile dans le dossier de Goldman, juste des problèmes classiques de couple de drones corpo. Il fallait mettre en place l'option Olga. L’équipe mis rapidement en place un plan d'interception dans le métro. Deux d’entre nous allait interceper Goldman dans les souterrains déguisés en drones corporatistes avec un sort de masque physique. Notre séducteur allait ensuite lui donner une dose de tranquillisant, prétendant qu'il est malade, Ryu et lui changèrent de métro avec notre proie. Une fois tous les shadowrunners réunis, il était temps de partir chez Olga pour une séance full exotique. Au vu du nombre de trolls, ce fut une soirée … mémorable et pleine de nouveautés pour le pauvre comptable. [img]http://abload.de/img/shadowrun2014-03-0221pei7r.jpg
La maison close avait beaucoup de clients de la mafia russe car elle se trouvait juste à coté de leur QG. Charming eut la très bonne idée de transmettre en direct la soirée à notre client. Une fois notre corpo finit avec sa petite soirée plaisir, je lui lançais un sort de guérison pour en cacher les traces. On nous promis 3500 de bonus pour amener la cible au rendez-vous puis chez lui après. Emmené bâillonné et les yeux bandés au point de rendez-vous, Goldman reçu sa nouvelle proposition de job. Il devait blanchir 100000 NY sous 48 heures et nous devions le surveiller. Une opération pour voir ses compétences et le mouiller dans les affaires sombres de notre employeur.

Débute alors la surveillance d’Evan Goldman, que j’assure par les sorts de Clairvoyance et Clairaudience mais ils sont bloqués par la barrière anti-magie de sa firme, de même que le fly spy de notre rigger. Pas super étonnant qu’une corporation de Downtown possède une surveillance importante, et les patrouilles récurrentes de Knight Errant n’aident pas. Mais nous restons en position au cas où il ferait une sortie afin de nous mettre sur sa piste immédiatement. Ryu et Charming, quant à eux, surveillaient sa famille et lui envoyait des photos depuis un burner phone afin de lui faire comprendre que nous étions toujours là.

Le comptable sortit à midi, ce qui était étrange, et pris une voiture. Je lançais clairvoyance et clairaudience sur celle-ci avant qu’elle soit hors de portée et découvrit qu’il allait au bureau du FBI. Prévenant le reste de l’équipe, nous entamâmes une poursuite puis une tentative d’interception, notre client voulant récupérer le créditube, pas pour l’argent mais pour la piste que ça donnerait aux forces de l’ordre. Mais l'interception rata puisqu'il n'allait pas au bureau du FBI. La voiture a été hackée par un autre groupe (peut-être une surveillance plus poussée dans l’entreprise ?) et il avait appelé une équipe d'intervention pour venir le sauver. Dans un parking, une dizaine de combattants câblés dont un cyborg et un puissant magicien l’attendait.

Nos deux motards sur la moto de Ryu se ruèrent sur la voiture arrêtée de notre cible alors que notre chauffeur arrêtait son van à l’étage d’en dessous pour prendre le contrôle de ses drones. L'adepte Yakusa ouvrit le feu, mais son premier tir rata notre chinois, son deuxième tir fit exploser son propre fusil à pompe et il sortit son katana pour engager le corps à corps. Notre livreur de nems mena son véhicule avec Charming vers la voiture de notre cible alors qu'une autre voiture avec 4 hommes arrivait par derrière.

J'invoquais une barrière physique pour arrêter la 2e voiture qui rentra dedans sans airbag ni ceinture de sureté car les Yakusas voulaient sortir rapidement du véhicule. Ils ont eu une bien mauvaise surprise. Ryu s'arrêta devant la voiture de notre cible et descendit pour affronter sa contrepartie ennemie. Charming trouva la porte de la voiture fermée et ouvrit le feu sur l'adepte en déplacement pendant qu’il cherchait une solution. Le rotodrone contrôlé par 76 commença sa pluie de mort en faisant tomber les tanks de l’équipe adverse pendant ce temps.

Le guerrier au katana vit on coup parer par notre compagnon qui lui envoya une belle riposte, le tuant dans l’action, avant de percer la vitre du véhicule d’un revers de son propre katana. Un bust-a-move montra dans la deuxième voiture et se fit sauter avec une grenade, tuant les 4 hommes qui n’avaient toujours pas réagit. Je rentrais dans l’A-team mobile pendant que le reste de l’équipe était sous un tir de barrage ennemi, dieu merci il s’agissait d’un tir de couverture car nos adversaires s'enfuyaient. Notre face chargea notre cible dans le drone de transport Arès Supply pendant que notre motard prenait la mallette contenant le créditube. Notre chinois chargea ensuite Charming et la mallette dans le camion pendant qu'il faisait le leurre pour l'hélicoptère de combat. 76 fut forcé de sacrifier son rotor-drone pour couvrir notre fuite, car l'hélicoptère ignora la moto. Après avoir jeté le téléphone du comptable nous finîmes par nous échapper après avoir traversé la moitié de Seattle. Notre français de l’est fit une dernière proposition au comptable, mais Goldman refusa de nous rejoindre Le client ne se souciât pas vraiment de son sort, que de son créditube, notre rigger l'exécuta et nous reçûmes notre paye et nos primes.

Après plusieurs semaines de prières, l’esprit-mentor Oracle me répondit et m’accorda sa bénédiction. La femme-araignée, esprit indien des prophéties, était maintenant mon guide.
L'utilisateur a été remercié par: ZAEBIUS

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Je me tiendrais devant tous les ennemis de la liberté.

Tour du monde des ombres il y a 2 mois 1 semaine #5920

  • Loupgris
  • Portrait de Loupgris Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Platinum Boarder
  • Platinum Boarder
  • Un loup hurlant à la lune
  • Messages : 804
  • Remerciements reçus 97
Seattle 4 : un problème de Tempo

2 semaines après notre dernier run, Daé me contacta car qu'elle n'arrivait pas à contacter Charming Smile pour me dire que Kaz voulait nous voir au Trickster d'urgence. Je pris les transports en commun pour rejoindre Ryu sur place après l’avoir contacté, le reste de l'équipe ayant disparut dans les ombres (dans le cas de 76, je savais que c'était de manière définitive, son cadavre ayant été retrouvé dans l’explosion de sa maison). Nous devions avoir attiré des ennemis que je ne connaissais pas ou alors des ombres de leur passé les avait rattrapé. A notre arrivée Kaz et Daé, il était clair maintenant qu’ils avaient toujours travaillé ensemble, étaient sur les nerfs, comme le grand nombre de cigarettes écrasées indiquait une grande tension.

Kaz nous apprit que les Yakusas avait découvert notre implication dans leurs dernières mésaventures, et qu’il en avait la preuve par le fait qu’il avait échappé à un attentat il y à 3 jours. Il ne lui avait pas envoyé Crying Freeman puisqu’il était encore en vie. Le troll voulait que nous nous protégions mutuellement, car il supposait que Wolk, 76 et Charming Smile avaient été les victimes des Yakusas tout comme lui. Comme le guet-apens avait été arrangé par son boss, il pensait qu’il n'avait plus que nous à qui il pouvait faire confiance.

Il comptait sur un deal avec le cartel Olaya pour la distribution du Tempo d'ici 2 semaines pour le mettre hors de danger, lui offrant la puissance et l’influence qui le rendrait hors d’atteinte des Yakusas. Je trouvais ça plutôt optimiste, mais l’adepte physique et moi-même n’étions pas désireux de nous retrouver sans aide si jamais la mafia japonaise décidait que nous étions leurs prochaines cibles. Répondant à une question de Ryu, notre employeur nous appris qu'il était le vrai fournisseur de cette drogue aux 1st nations et que les Ragers n'avaient y eu accès que par un lieutenant des 1st nations s'étant cru plus malin que les autres. D’où l’avait-il obtenu était une autre question à laquelle j’aimerai avoir une réponse, mais je pense qu’en restant son employé j’avais une chance de l’apprendre.

Avec au départ une proposition de 8000 NY par personne, après une remarque de notre tibétain, l’offre du gobelinode passa à 800 par personne et par jour. Une petite progression, mais entre mes problèmes sociaux et les aphorismes du moine, nous n’étions pas vraiment capable de faire mieux que ça. Il nous remis une puce pour accéder à sa résidence, avec le code d’entrée et sa localisation. Ainsi débutait notre carrière en tant que garde du corps.

Notre adepte physique sortit le premier de la boite pour s’assurer qu’il n’y avait aucun danger et repéra un elfe suspicieux en face de l'établissement. Sa tentative d'intimidation ressembla à une scène de film de Jackie Chan, mais les esprits soient loués, l’elfe ne semblait pas impliqué du tout dans nos affaires. Après qu'un voiturier est amené le SUV de notre commanditaire, j'invoquais un veilleur pour nous prévenir de tout éventuel poursuivant et contactais Lenglish pour nous obtenir un decker. Il nous proposa les services d’une naine appelée Lily Pop avec laquelle nous avions déjà travaillé. Elle me répondit rapidement et je lui fournis les informations nécessaires pour qu'elle assure la sécurité matricielle. Si avec un adepte mystique et un adepte physique le plan matériel et astral étaient protégés, aucun de nous deux n’avait les compétences pour s’occuper de la matrice.

Arrivés à la résidence sécurisée de Kaz et Daé, située dans Renton (un quartier de Seattle contrôlé par la mafia italienne), qui sans être particulièrement impressionnante, démontrait une richesse et une influence dont nous ne pouvions que rêver. Il s’agissait d’un ensemble résidentiel de 4 immeubles avec une sécurité physique et matricielle de qualité, en plus de la protection de la mafia. Leur logement étant capable de loger 6 personnes, nous allions avoir de la place pour nous installer. Afin d assurer leur vie privée, il n’y avait qu’une seule caméra, installée dans l'entrée pour surveiller les visiteurs. Notre decker allait devoir se contenter de surveiller les alentours. Nous ne trouvâmes rien lors de notre fouille préliminaire et avions accès à toute la demeure sauf leur chambre personnelle. Mon veilleur repéra plusieurs fois un esprit chien ayant l’apparence d’un berger allemand, confirmant qu’il s’agissait d’un esprit de l’homme libre et non de l’esprit bête de mon mentor Sirius. Son intérêt pour moi était surprenant, mais je comptais bien me lier à lui à un moment ou un autre.

Comme tout bon film impliquant des gardes du corps, quelque chose devait arriver maintenant que nous commencions à nous relaxer. Un coup de fil prévint notre employeur que des hommes en qui il avait confiance lui amenaient le black qui avait tabassé Charming, Caïn, pour qu'il l'interroge. Après de nombreuses heures de torture Kaz en ressortit couvert de sang en obtenant que des confirmations de ses soupçons, avant de l'achever de deux balles dans la tête. Il semble qu’il était clairement plus intéressé par la vengeance que par obtenir des informations. La scène me rappelait une scène des tontons flingueurs. Bienvenue dans les ombres.

Daé avait un job, elle devait escorter quelqu'un ce soir. Son amant semblait suffisamment confiant dans la sécurité de leur demeure pour nous confier la protection de sa girl. Un vieil italien avec une canne arriva avec ses gardes du corps et chauffeur pour la prendre dans une luxueuse limousine blindée. Après une discussion sensuelle avec l'un des gardes, où je suggérais que j’étais attiré sexuellement par lui, ce qui provoqua une certaine hilarité dans l’assemblée, nous montâmes à bord. Le client en question était Cesare Crom Ceranielo, une des pontes de la famille Ceranido, en charge de la pornographie et prostitution de la mafia locale.

« Toju va ronger son frein toute la soirée. » dit-il en regardant l’escort girl qu’il avait engagé. Après que notre chinois habillé comme Seraphim dans Matrix lui est posé la question, il confirma qu’il s’agissait de Toju Chotozumi, une des grosses pontes du clan qui règne sur le Yakuza de Seattle. Et aussi certainement impliqué dans nos problèmes actuels. Ce n’était pas particulièrement rassurant.

Quand au mafieux italien, me rappelant à un certain Parrain, il se révéla sympathique et plaisantin, appréciant que nous puissions lui faire la conversation, mais seulement quand il le désirait. Il nous emmenait à une partie de cartes entre les chefs de plusieurs organisations criminelles et il s'amusait de l'idée de forcer le japonais à maintenir son « on », c’est-à-dire rester stoïque devant la présence de l’organisation ennemie des Anneaux de Seoul sous la forme de Daé, que les Yakusas avaient essayé d’exterminer. Je remarquais au fur et à mesure de la conversation que nous étions les deux cons du diner de cons de cet homme, mais nous n'allions pas nous en plaindre car nous n’étions pas en position de pouvoir perdre ce job.

Arrivés au casino, ironiquement nommé le jardin d'éden et Shangrila (deux lieux mythiques des légendes antiques), casino et hôtel, nous pûmes observés la sécurité importante de l’endroit et donc le risque limité que les Yakusas avaient de débuté une guerre des gangs contre plusieurs ennemis en mêmes temps.

Dans la salle de jeu elle-même, les joueurs ne pouvaient être accompagnés que par seulement 2 personnes. Utilisant nos capacités d’observation astrale, je pus remarquer 2 japonais à la table (dont 1 magiquement actif), avec derrière 2 autres japonais en costard avec des tatouages yakuzas, et en retrait deux femmes japonaises en kimono traditionnel, visiblement la délégation Yakusas. Un peu plus loin, un européen avec 2 gardes du corps, peut-être la mafia russe. Notre parrain, représentant de la Cosa Nostra, décida d’entrer en fanfare en jouent cartes sur table : « J'espère que vous n'êtes pas venus avec trop d'argent car je suis venu avec une petite voiture et j'ai peur de ne pas avoir assez de place dans le coffre ! » J’espérai qu’il n’allait pas trop les plumer pour la santé de Daé.

Alors que les gardes du corps en trop, dont nous, faisions des concours du meilleur stoïcien devant la porte, l’ennui nous prenant tous, je reçus un message de Kaz. M’installant dans les toilettes, préalablement vidé du couple fricoteur qui s’y était installé, il m’apprit qu’il avait retrouvé trace de l'équipe de Yakusas qui l'avait attaqué. Ils n’étaient plus que deux sur les 7 d’origine, dont leur chef, terré dans un petit motel. Confiant dans la sécurité du casino, il voulait que Ryu et moi-même lui ramenions le plus tatoué ou celui qui avait perdu le moins de phalanges.

Utilisant notre nouveau code inventé sur l’instant, « Le pastis fait couler », je récupérai le spécialiste du style Hadoken et prîmes sa moto. Le motel se trouvait dans Downtown, le « west in hôtel » et malgré sa localisation, il se trouvait être d’une crasse infâme. Moisissure dans les murs, pas suffisamment pour complètement bloqué la vue car il s’agissait d’un signe d’insalubrité plus qu’une tentative volontaire de bloquer la magie, déchets, pas de surveillance et je pense une sécurité matricielle proche de la passoire. Je lançais enregistrement de pièces pour voir ce qui se trouvait dans leur planque, indiquant la position de leurs armes (ils avaient une belle armurerie), des clés de leur véhicule et l’absence d’une quelconque surveillance électronique. Ce soit créant une projection holographique d’une pièce était vraiment pratique.

Notre plan était simple, j’allais invoquer une boule mana pour assommer les deux gangers pendant que mon compagnon chinois défonçait la porte, pour ensuite faire pleuvoir la mort sur nos adversaires avant qu’ils ne puissent réagir. Malheureusement, ce plan ne survécu par au contact avec l’ennemi : repéré par les senseurs de leur voiture, l'un d'entre eux ouvrit le feu à travers la porte et manqua le moine qui s'attaqua à la porte en réponse, ne réussissant qu'à passer son poing à travers la porte. C’était là encore digne d’un film de Jackie Chan, mais annonçait de mauvaises nouvelles pour nous. Le second yazuka tira à la mitraillette partout mais quelques balles touchèrent Ryu, le mettant mal en point. Décidant d’essayer de ralentir la pluie de balles qui nous tombait dessus était plus urgent que de le soigner, j’invoquais ma boule étourdissante qui réussit à faire du dégât. Cette attaque força l'un d'entre eux à nous attaquer en corps à corps avec son katana, que Ryu para avec son pouvoir de mains mortelles. Ensuite mon sort de réfrigération n'eut pas vraiment beaucoup d'effet sur celui qui abandonna sa mitraillette vide pour un fusil d'assaut. La situation tournait mal pour nous, car malgré nos attaques nos adversaires faisaient plus de dégâts que nous.

Ryu se faisait trancher au katana mais essaya de placer son adversaire pour qu'il lui serve de bouclier, malheureusement sans succès, se retrouvant entre un katana et une griffe cybernétique et un fusil d’assaut. Heureusement le katana du Yakusa finit dans le blindage de sa propre voiture et se brisa, rendant sa deuxième attaque mal coordonnée et la griffe manqua de peu la gorge de mon compagnon. Je continuais mes assauts magiques, espérant ne pas à avoir utilisé mon katana tenue dans ma queue. Ma troisième boule mana les fit tomber, mais j'avais une migraine à fendre le crâne et c’était certainement mon dernier sort de ce combat, mais mon compagnon faisait pâle figure, couvert de blessures par balles qui auraient certainement dû lui coûter la vie. Une victoire sur le fil du rasoir, je me demandais si mon ami n’était pas vraiment un robot ou un personnage de jeux vidéo pour survivre ainsi.

Volant la voiture de nos adversaires après les y avoir enfermé dans le coffre, nous les ramenâmes à Kaz, il nous donna 10000 NY chacun en échange. Leur mort ne fut pas belle à voir mais j’essayai de ne pas y prêter attention. Le lendemain, le petit troll nous emmena à un autre rendez-vous dans un box privé pendant un match de football américain entre les Supersonics de Seattle et les United Alliant Cowboys. Son interlocuteur n’était autre que le chef des Anneaux de Séoul, qui après quelques mondanités reçu en cadeau le bras tatoué du yakuza, forçant l'aveu que Kaz avait été sacrifié pour éviter une guerre des gangs. Le boss, Greywolf, un métis amérindien – coréen, veux arrêter la vente du tempo pour faire la paix entre les deux groupes, considérant que le Tempo n’en vaux pas la peine. Le petit gobelinoïde, lui, avait d’autres ambitions, se préparant à une guerre avec la mafia du pays du soleil levant. Nous risquions de devoir quitter le pays si tout ceci tournait mal…

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Je me tiendrais devant tous les ennemis de la liberté.
  • Page :
  • 1
Propulsé par Kunena